Ma mère Marguerite et moi / Travail en cours
     

Ma mère Marguerite et moi / Travail en cours

Ma mère Marguerite et moi

Ma mère explosait de colère pour un rien , elle criait plus
souvent qu'elle ne parlait et avait la main lourde. Sa maladie la submergeait par vagues ,elle devenait délirante , cinglée , piquée.
Je ne me souviens plus si un jour elle m’a fait vraiment peur.
Mais enfant , il valait mieux savoir esquiver et courir vite pour éviter d'en prendre une.
Quand la maison était calme , je passais parfois du temps à rêvasser dans sa chambre et à fouiller dans ses affaires.
J’essayais ses escarpins devenus trop étroits , ses vêtements qui ne lui allaient plus.
Je regardais ses photos en noir et blanc où elle était encore belle et heureuse.
Je cherchais à faire coïncider l’image de deux femmes , que rien ne reliait en apparence.
À l'adolescence , curieusement , je pensais même que c’était mieux d’avoir cette mère là , qu’une plus ordinaire, j'en faisais alors mon étrange et héroïque distinction
et jugeais sévèrement ceux qui la critiquaient .
Je préférai de loin en être fière que d'en avoir honte.

Aujourd'hui inspirée par elle et par sa démesure , je construis dans cette série en cours des mises en scènes cadrées à hauteur d'enfant , où rode le fantôme de sa folie.
Je tente de composer une chimère , un portrait , complexe , multiple et dissocié .